top of page

Est-ce que l’art peut rendre le monde meilleur ?

Dernière mise à jour : 16 mai 2022

Les graveurs s'unissent et utilisent les média sociaux


En réponse à la monstruosité de la guerre en Ukraine, de nombreuses personnes dans le monde essayent de faire quelque chose pour aider, du mieux qu’ils peuvent. Les artistes et graveurs se joignent au mouvement et utilisent les médias sociaux pour se faire entendre.


Dans la communauté des graveurs vous connaissez peut-être deux des mouvements emblématiques#printmakersagainstracism de @printmakersasresistance et aussi #oneofmanypostcard créé par John Pedder @johnapedder.


Je ne peux pas rester à ne rien faire mais je peux imprimer contre la guerre.

Dès le lendemain de l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, Irenka Pareto, graveuse d’origine catalane habitant aux Etats-Unis a lancé une collecte de fonds sur Instagram #printmakersagainstwar ; ella a inspiré de nombreux autres graveurs dans le monde qui l’ont rejointe. Voilà ce qu'elle a écrit (c’est moi qui traduis) :


"Je ne peux pas rester à ne rien faire mais je peux imprimer contre la guerre. Voulez-vous m’aider ? Comme nombre d'entre vous, je suis frappée d’horreur par l’attaque gratuite du gouvernement russe sur les peuples d'Ukraine. Les images que nous avons vu de personnes se cachant dans le métro avec les enfants serrant leurs sacs à dos, les adultes pleurant dans leurs voitures avec des expressions terrifiées essayant de fuir les villes… Cela me fend le coeur et me rappelle tant les récits que ma grand-mère me faisait de la guerre civile…

Je ne peux pas rester à ne rien faire mais c’est toujours difficile de savoir ce que l’on peut faire pour aider. Pour l’instant, j’ai identifié des associations qui aident sur le terrain et je prévois de leur envoyer de l’argent pour les pour les soutenir et je me demande si vous voulez vous joindre à moi”.


Sur Instagram elle a aussi invité la communauté les graveurs à utiliser #printmakersagainstwar.


Les propositions sont très différentes : les artistes peuvent imprimer une édition spéciale, fixer un prix ou choisir de donner un pourcentage ou l’intégralité du produit de la vente à une ou plusieurs associations ; d’autres préfèrent organiser une vente aux enchères ou un tirage au sort…


Irenka a imprimé une édition spéciale de sa linogravure “an opening” qu’elle a retitré en ukrainien “libre”, comme Ukraine libre, libérée de la terreur, libérée du danger. Elle a recueilli 2677 $ qu’elle a répartis entre Razom for Ukraine et La Croix rouge et qui ont été abondés par l’entreprise de son mari, atteignant 3451 $.


Linogravure (c) Irenka Pareto, The wonderstuck Printmaker

Ce sont des graveurs qui s’unissent pour aider.

Elle tient à rappeler que [le principe de cette opération] “ce sont des graveurs qui s’unissent pour aider. Il y a aussi une grande tradition d’activisme qui me porte en plus de tous ces gens très inspirants qui font beaucoup plus sur le terrain que ce que je ferai jamais”.


Linogravure créée pour le challenge 2002 #printersolstice semaine 10 "minimalisme"
blue and yellow

En ce qui me concerne, j’ai choisi de proposer ma gravure selon le principe de #oneofmanypostcard’ (une gravure envoyée gratuitement pour un don d’un montant libre à une associaiton aidant les réfugiés ukrainiens ou les enfants d’Ukraine. 510 euros (422 £ / 553 $) ont été récoltés jusqu’à présent. Si vous voulez participer, n’hésitez pas à me contacter (je ferai une réimpression).


Comme le dit Sara qui habite au Portugal et a choisi de faire un don à la Croix rouge en échange d’une gravure (c’est moi qui traduis) : “avec ce qui se passe dans le monde, c’est difficile de me faire faire un grand sourire, mais c’est ce que vous avez fait !”.


Toutes ces initiatives ont en commun de créer du lien, de la chaleur humaine et contribuent à alléger un peu le sentiment d’impuissance que l’on ressent vite lorsqu’on est seul devant un événement aussi atroce et dramatique.


 

Où trouver Irenka :

Comments


bottom of page